J’ai eu de bonnes nouvelles aujourd’hui. Un client de mon frère n’arrivait pas à le rejoindre (c’est sûr, il est encore disparu) et m’a donné un petit contrat.

Peu après Benoit (le gros Nounours) m’a appelé. Il m’appelle souvent car il est camionneur sur de longues distances et lorsqu’il s’ennuie, il m’appelle. Ce n’est pas le gars le plus sophistiqué mais il a un grand cœur. Je peux m’ouvrir à lui et il ne juge pas. Nous sommes passés par la même place et on se comprend. On est différent mais, en même temps il y a comme une connexion.

Dimanche dernier il est venu me voir. Il est parti de Valleyfield pour ça mais pour lui une heure de route ce n’est rien. Il m’a expliqué pourquoi il aime tant me parler et me voir. Ce matin-là il avait eu de mauvaises nouvelles et il m’a dit que lorsqu’il me voit, il se sent mieux pendant des jours. Je ne sais pas trop pourquoi c’est comme ça. D’autres gens m’ont dit la même chose (l’ex de mon frère me disait la même chose, c’est pourquoi elle ne me lâche pas). Ce n’est pas comme ça avec tout le monde mais, je ne sais pas pourquoi, les gens me racontent des choses et je trouve souvent un angle trop drôle à ce qui leur arrive. Par exemple Benoit m’a raconté qu’il avait commencé à discuter avec une femme sur Tinder et après quelques messages il a appris que c’était une agente correctionnelle de Archambault. Lui n’a pas dit qu’il avait déjà fait de la prison. Ce qui m’a plié en deux de rire c’est ce qu’il m’a dit plus tard « A l’a trois enfants, a doué êt’ cochonne ». Moi je riais comme fou et lui il me dit que ça lui fait du bien de m’entendre rire.

Je t’aime Benoit.

Benoit n’est pas compliqué. S’il m’appelle et que je suis trop occupé pour répondre, je ne réponds pas. Il me rappelle plus tard et il n’est pas fâché.

Donc ce matin il m’a appelé et il m’a dit qu’il avait gagné un genre de concours par rapport à Éric Lapointe. Son prix : un cours de conduite pour une Lamborghini et faire un tour sur le circuit Villeneuve. Il était content. Et là il m’a dit qu’il avait le droit d’inviter quelqu’un et il voulait que ce soit moi. Il avait le droit de faire deux tours ou d’inviter un ami et ce serait chacun un tour. Je lui ai dit que ça n’avait pas d’allure. Il était mieux de faire ses deux tours. Et là il m’a dit les mots parfaits. Il n’est pas le plus sophistiqué comme j’ai dit mais il a le tour d’exprimer ses émotions. Il m’a dit : « Si tu es là, je sais que je vais rire et que je vais passer une belle journée ».

Je n’ai pas pu dire non 🙂 J’ai encore les yeux plein d’eau.

J’ai ensuite rencontré mon agent de libération conditionnelle. Je m’entends bien avec lui. Il y en a qui cherchent à prendre les gens en défaut (celle que j’avais avant) mais lui voit bien que je fais des efforts et que je ne risque pas de « retourner » dans le crime. Par exemple j’avais des punaises de lit et mon propriétaire ne faisait rien. Comme les libérations conditionnelles subventionnent une partie de l’immeuble ici, ils ont un certain pouvoir. Il a donc appelé l’organisme qui s’occupe de mon immeuble et s’est arrangé pour que ça se règle. Un exterminateur est venu chez moi et ça semble réglé.

Lors de mon retour ce midi la blonde de mon père m’a appelé (mon père a un problème à la gorge). J’ai appris que mon frère est en prison (à RDP).

Peut-être beaucoup de gens ne comprendront pas mais ça m’a tellement soulagé. Pour la prochaine année je saurai où il est.

Mon père lui avait payé une thérapie il y a quelques semaines mais il s’était poussé après une dizaine de jours. Il était immédiatement allé dans un bar pour boire (mon père lui avait envoyé de l’argent pour payer ses cigarettes pendant qu’il était en thérapie mais il semble que ça a servi à autre chose). Au milieu de la soirée il s’était aperçu que ce qu’il faisait ne réglait rien. Il a décidé d’appeler son ancienne blonde pour aller habiter chez elle. Il a été conclu (avec elle) qu’ils ne seraient que colocataires pour le temps qu’il se replace, se fasse un peu d’argent et se trouve un nouvel appartement.

Ça se passait bien. Il avait du travail mais il recommençait en douceur. Il avait commencé à me rembourser un peu (100$). On dirait que tout s’aligne pour lui. Les choses arrivent toujours pour l’aider. Il est allé au Subway pour aller se chercher un sous-marin un soir et il a rencontré un de ses clients. Ce n’est pas le plus gros client mais un bon dans le sens où mon frère travaille pour lui et le gars vient le payer, à la maison, tout de suite. Son plus gros client lui avait déjà envoyé pour 12,000$ de contrats à faire cette semaine et le mois prochain. Il était donc confiant de s’en sortir. Il avait commencé à magasiner pour un appartement pour le 1er octobre.

Même si c’était clair qu’il n’était que coloc avec son ex et qu’il payait sa part, son ex devenait folle par moment. Des fois elle se fâchait en lui disant « si tu comptes rester ici comme si tu n’es que de passage, je n’endurerai pas ça ». Pourtant c’était ça l‘entente. Elle s’était aperçue que ça ne fonctionnerait pas avec mon frère et lui avait dit qu’ils pourraient restés amants mais pas habiter ensemble.

Auparavant il devait toujours faire l’arbitre entre son ex et son fils mais maintenant il leur disait de s’organiser et il s’en allait prendre une marche ou il allait à un meeting AA.

Mais avec toutes ses conneries mon frère avait perdu son téléphone et a donc dû aller en chercher un autre avec une compagnie différente (il doit plus de 1000$ à Bell). Il a reçu son nouveau téléphone avec le même numéro qu’il avait auparavant.

La semaine dernière, la femme (celle qui n’est pas une pute mais qui fait des pipes pour payer sa drogue) avec qui il était parti sur la dérape il y a quatre mois s’est mise à l’appeler (elle l’appelait avant mais il n’avait pas de téléphone). Il m’en parlait et je voyais qu’il était fragile. Cette dame n’arrêtait pas de lui dire qu’elle avait besoin de lui et qu’elle l’aimait. Elle lui disait que, cette fois-ci tout irait bien. Lui savait bien que retourner avec elle ne réglait rien mais il semble que mêmes si les toxicomanes savent qu’ils s’embarquent dans le trouble, ils ne peuvent s’en empêcher.

Vendredi soir il est parti revoir la femme qui n’est pas une pute. Comme elle vit dans la rue, ils n’avaient pas d’endroit où dormir. Ils ont réussi à forcer une porte où elle habitait avant et ils ont dormi dans une toilette commune.

Le soir suivant ça allait mal. Les quelques dollars que mon frère avait réussi à se mettre de côté se sont retrouvés dans leurs veines. Ça ne prend pas trop de temps pour que le compte de banque soit vide. Il s’est retrouvé dans un refuge et comme sa « madame » est allée dans un refuge pour femmes seulement, tout à coup il s’est retrouvé seul à se demander ce qu’il faisait là à dormir dans ce genre d’endroit alors qu’il avait déjà payé pour un mois complet, logé nourri, dans un endroit chaud et confortable avec son ordinateur où il pourrait faire des contrats et essayer de se sortir de cette situation.

Il est donc revenu chez lui dans la nuit entre samedi et dimanche. Son ex l’a encore accepté.

Dimanche il m’a appelé pour m’expliquer tout ça. On a discuté pendant presque une heure de tout ce qui s’était passé.

Plus tard dans la journée son ex m’a envoyé plusieurs textos (malgré que je l’aie avertie que j’entreprendrais des procédures légales si elle le faisait). Elle me disait d’appeler mon frère car il n’avait pas les idées claires. Je venais de lui parler, c’était assez clair, son ex (la folle) le rendait fou avec toutes ses conversations inutiles.

Lundi j’ai encore parlé avec mon frère. Sa madame « pas pute » n’arrêtait pas de l’appeler. En même temps son ex (la folle), avec qui il vivait n’arrêtait pas de le harceler à propos de n’importe quoi. Il m’a dit « il faut que je parte, je préfère être dans la rue qu’être avec elle qui me rend fou ».

Lundi soir j’ai reçu un message de son ex. Elle me disait que ça ne tournait pas rond dans la tête de mon frère. Je crois que c’est vrai mais qu’en même temps il y a un problème dans sa tête à elle. Si elle l’avait laissé tranquille comme c’était convenu au départ, il serait probablement encore là aujourd’hui.

Mardi soir elle m’a encore envoyé plusieurs textos. Elle voulait m’appeler pour « discuter ». Elle tient vraiment à rendre la vie de quelqu’un misérable.

Alors quand j’ai appris que mon frère était en prison aujourd’hui, ça m’a rassuré. Maintenant je sais où il est. Je sais qu’il est nourri et logé. C’est difficile lorsque son propre frère appelle pour de l’aide et de lui dire non. Je l’imaginais au froid dehors et affamé et me demander de l’argent. Je lui aurais dit non mais ça m’aurait quand même empêché de dormir. C’est quand même mon petit frère et toute ma vie j’ai pris soin de tout le monde et particulièrement de mon frère qui, dès le primaire, avait le tour de se mettre dans le trouble.

Aujourd’hui je sais qu’il sera assez longtemps en prison pour se débarrasser de la dépendance qu’il avait par rapport à cette drogue et aux femmes. Il peut y retomber n’importe quand mais l’habitude quotidienne n’y sera plus. Je sais qu’il ne sortira pas sous caution et qu’il devra au moins passer par une thérapie de six mois (mais comme il a déjà profité de ce programme, il n’y aura probablement plus droit. Et s’il l’obtient ce sera quand il finira par voir le juge, ce qui peut prendre beaucoup de temps) ou une sentence d’au moins trois ans. Il y a donc de bonnes chances qu’il participe à un programme quelconque.

À tout le moins, ce n’est plus mon problème pour la prochaine année. Je peux maintenant dire à ses clients de ne plus compter sur lui. Avant j’étais obligé de patiner.