Depuis que je suis sorti de prison quelques journalistes ont tenté de communiquer avec moi. Jusqu’à maintenant je n’en ai pas rencontré car je ne veux pas nuire à me recherche d’emploi. Je ne sais même pas si j’ai un dossier criminel et personne ne peut me répondre.

Lorsque j’étais encore au CFF (Centre fédéral de formation) un journaliste a fait une demande pour assister à mon audition devant le comité des libérations conditionnelles. Il n’est finalement pas venu.

Je retourne devant ce comité le 20 janvier et le même journaliste a fait la demande pour y assister. Je ne sais pas comment il apprend tout ça. C’est probablement public mais il doit quand même surveiller qui sera présent.

Lorsque je suis arrivé à la maison de transition mon agent (au début c’était un homme) m’a posé des questions à propos de journalistes. Il paraîtrait que quelqu’un avait appelé la Commission des libérations conditionnelles. Je lui ai répondu que pour l’instant je ne voulais pas rencontrer de journalistes mais que si je voyais que j’avais de la difficulté à me trouver un emploi, il était probable que je publie tout et que je rencontre tous les journalistes qui voudraient bien me parler. Peut-être y aurait-il des gens qui verraient que je suis une personne articulée à qui on pourrait donner une chance?

J’en suis donc rendu là. Ça fait sept mois que je recherche un emploi et je n’ai eu qu’une seule entrevue. J’ai publié mon blogue, jusqu’à maintenant anonymement. Pour l’instant je n’ose pas inviter tous les journalistes à venir y jeter un coup d’œil. Je dois avouer sincèrement que j’hésite sur ce que je devrais faire. Encore cette peur de faire un faux pas.

Je suis une personne transparente. Jusqu’à maintenant je ne parle pas beaucoup aux gens car je ne sais pas quoi je peux me permettre de dire. J’ai eu quelques entrevues avec des « chasseurs de têtes » et j’étais obligé de patiner à propos de ce que j’ai fait ces dernières années. Je déteste ça.

J’aimerais savoir ce que vous en pensez. Serait-il préférable que je garde un profil bas ou que j’étale mon histoire publiquement?

Photo courtoisie de Bob August sur Flicker