J’avais déjà discuté que malgré que je sois somme toute assez heureux il arrive encore des événements qui me font traverser cette mince ligne entre la joie et la tristesse.

Au début de l’été mon frère et moi avions rendez-vous dans un café avec une cliente qui avait une proposition d’affaire. J’avais déjà discuté avec elle sur Skype. Elle avait une jolie voix calme et était comique. Sa photo ne révélait pas grand chose. Mon frère m’avait dit qu’elle était dans la quarantaine.

Lorsque nous sommes arrivés sur place j’ai pu constaté qu’elle était vraiment mon genre. Elle était habillé avec des vêtements de plein air et avait des cheveux indisciplinés attachés. Pas le genre pitoune du tout.

Nous nous sommes assis à une table et elle était à côté de moi. Plusieurs fois pendant cette « réunion » elle m’a touché l’épaule en riant après que j’aie fait une de mes blagues stupides. Quelque chose qui serait naturel pour n’importe qui mais qui me faisait perdre mes moyens.

Elle avait déjà vu une photo de moi mais c’est une vielle photo qui date d’avant mon arrestation. Elle m’en a fait la remarque et m’a dit qu’elle s’attendait à ce que je sois environ de son âge (elle a six ans de moins que moi). Je l’ai taquiné en disant que j’étais désolé de l’avoir déçue. Quelques remarques m’ont fait déduire qu’elle est à la recherche d’un compagnon.

Je ne m’excite pas avec ça. Je ne suis pas pour tomber amoureux de chaque jupon qui passe. C’est juste que c’est le genre de femme qui m’intéresse.

Pour une raison un peu longue à expliquer je suis tombé l’autre jour sur son profil facebook. Ça m’a fait traverser cette mince ligne dont j’ai parlé plus haut. Il y avait des photos d’elle en randonnée pédestre aux Grand Jardins (un endroit où j’allais beaucoup), en vélo un peu partout sur la planète etc.

C’est la vie que j’avais avant mon arrestation. C’est la vie que je devrais vivre présentement. Mon frère me dit d’oublier mon passé et de penser au « maintenant » et ce que je peux faire à partir d’aujourd’hui. Je sais que c’est ce que je devrais faire mais que puis-je faire aujourd’hui? Je n’ai pas d’argent, j’ai des conditions qui m’empêchent de faire ce que je veux et quand elles seront terminées il y aura encore plein de choses que je ne pourrai pas faire ou qui seront difficiles.

La nostalgie, c’est être indigné que le temps ose passer sans nous.
Sylvain Tesson

La semaine dernière j’ai encore parlé avec cette « dame ». Elle avait un problème avec son courrier électronique que j’ai réglé. Ça m’a quand même fait drôle car elle m’a contacté avec Skype et elle a mis le vidéo (mon frère m’a pourtant dit qu’elle ne faisait jamais ça). Je viens de m’acheter un écran spécial (un écran 4K 39″) qui aide beaucoup pour la programmation car ça me permet d’avoir plusieurs fenêtres ouvertes en même temps sur le même écran. Son visage est apparu en gros format sur l’écran. Et comme elle était jolie!

Son problème a été réglé en deux minutes mais on doit avoir discuté presque une heure. Elle recevait d’autres appels et ne répondait pas. Elle a dû prendre un appel en urgence et m’a rappelé tout de suite après même si son problème était réglé depuis longtemps. Elle m’a parlé de ses vacances. Elle était allée au Mexique seule car sa fille travaillait cet été. Mais la semaine précédente sa fille lui a dit qu’elle avait un « trou » d’une semaine et elles ont décidé d’aller faire de la plongée sous-marine au Honduras. Elle me racontait comment c’était merveilleux etc.

C’est là que mon esprit est rendu: me gâter, voyager, être spontané, gâter mes enfants…

En temps normal je me serais permis de flirter un peu mais c’est une cliente de mon frère depuis longtemps alors je ne veux rien risquer.

C’est difficile d’expliquer tout ce que je dois garder à l’intérieur de moi car ça implique d’autres gens et que ça aurait des répercussions pour d’autres personnes. C’est difficile d’être à la recherche de qui je suis vraiment tout en le gardant caché.